Posted on

Le fonio : céréale sans gluten aux multiples bienfaits

Le fonio, céréale cultivée depuis des millénaires en Afrique de l’Ouest et longtemps considérée comme un aliment de pauvre, gagne les étals de nos magasins spécialisés. Sans gluten et riche en nutriments, il fait regorge de bienfaits.

La plus grande particularité du fonio est qu’il ne contient pas de gluten. Les gens avec la maladie coeliaque ou une allergie au blé peuvent donc en consommer. Le fonio contient moins de protéines que les autres céréales. Sa composition ressemble beaucoup au riz blanc.

En étant considéré comme un grain entier, on sait que ceux-ci ont des impacts positifs sur le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2, de constipation, de surpoids et de certains types de cancer notamment colorectal. Ces effets sur la santé sont attribuables au contenu en nutriments des grains  entiers : antioxydants, fer, zinc, cuivre, magnésium, vitamines du complexe B et fibres.

De plus, le fonio est particulièrement riche en acides aminés méthionine et cystine qui fournissent du soufre et d’autres composés nécessaires à l’organisme pour un métabolisme normal surtout au niveau du foie.

Le fonio est réputé pour être plus riche en magnésium, zinc et manganèse que les autres céréales. Il est également significativement plus riche en thiamine (vitamine B1), riboflavine (vitamine B2), calcium, phosphore et fer que le riz blanc.

Riche en sels minéraux et en acides aminés, le fonio constitue une alternative alimentaire intéressante pour les intolérants au gluten.

Ses petits grains se préparent généralement sous forme de couscous ou de bouillie et accompagnent tous types de plats.

Riche en fibres, le fonio est très digeste. Aussi, il convient à l’alimentation des intestins fragiles, des enfants ou des personnes âgées. On le recommande également dans le cadre d’un régime amincissant. Proche du quinoa, le fonio fait montre d’une grande richesse nutritionnelle et constitue une source appréciable de magnésium, calcium, manganèse ou zinc.

Utilisation du fonio

Le fonio est utilisé dans les plats de tous les jours allant du petit-déjeuner au repas du soir. Il possède un goût de noix.

En grains, il est habituellement consommé sous forme de couscous ou en salades. Sous forme de farine, il est intégré dans les gâteaux, pains et beignets.

Réputée comme une céréale plutôt savoureuse, sa finesse et ses qualités gustatives en font un met de choix toujours servi lors de fêtes ou de cérémonies importantes en Afrique.

Posted on

Le Desmodium

Originaire d’Afrique-Equatoriale, le desmodium est connu depuis peu en Europe. Cette plante agit comme un excellent hépatoprotecteur, y compris lorsque le foie est agressé par un traitement médicamenteux ou une chimiothérapie.

Le desmodium adcendens aide également à soigner l’asthme bronchique ou allergique et peut même s’avérer efficace en cas de crises d’épilepsie ou de chocs anaphylactiques.

Propriétés médicinales du desmodium

UTILISATION INTERNE

  • Hépatoprotecteur : augmente la résistance des cellules du foie en cas d’inflammation d’origine toxique ou infectieuse, notamment suite à un traitement médicamenteux ou à une chimiothérapie. Il est efficace contre les hépatites virales (en association avec un traitement médicamenteux), particulièrement dans la phase dite ictérique (au début de la maladie).
  • Antiasthmatique : permet de lutter contre les crises d’asthme bronchique, en empêchant la contraction des muscles des poumons.
  • Antiallergique : contribue à soigner les allergies survenant de manière subite, comme l’asthme allergique, les oedèmes de Quincke ou encore les allergies digestives.
  • Bronchodilatateur : effet relaxant sur les tissus pulmonaires et les muscles bronchiques, en cas de crises d’asthme ou de chocs anaphylactiques.
  • Décontractant : s’utilise en cas de contractures musculaires telles que les courbatures, les crampes et les spasmes. Il est efficace pour apaiser les maux de dos.

UTILISATION EXTERNE

En cataplasme, le desmodium a un effet antiallergique sur l’urticaire et l’eczéma de contact.

INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES USUELLES

Inflammations et agressions du foie, hépatites virales, asthme, allergies digestives et de contact, chocs anaphylactiques (en Afrique), contractures musculaires.

AUTRES INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES DÉMONTRÉES

Convulsions, diarrhées, cures de détoxification.

Histoire de l’utilisation du desmodium en phytothérapie

Le desmodium est un remède traditionnel dans différentes parties du globe et particulièrement en Afrique de l’Ouest, d’où la plante est originaire (Ghana, Cameroun…).

Dans ces pays, la plante est utilisée contre l’asthme et la jaunisse, mais également contre les maladies du foie ou digestives.

En Amérique latine, elle fait partie, depuis des siècles, des traitements contre les convulsions, l’ épilepsie, les diarrhées, la malaria et les infections génito-urinaires.

Le Desmodium est originaire d'Afrique de l'Ouest.

Utilisation et posologie du desmodium

DOSAGE

– En infusion ou en décoction, laisser infuser 10 g de desmodium par litre d’eau bouillante environ quinze minutes.

– En concentré de décoction, prendre 3 gélules par jour, pour un adulte. Il est préférable de privilégier les préparations à base de plantes biologiques.

– En solution buvable, prendre de 2 à 4 cuillères à café par jour de desmodium dilué dans un grand verre d’eau ou de jus de fruit.

– A noter qu’en cas de troubles hépatiques, la dose conseillée est de 8 g par jour (ce qui n’est pas possible avec des gélules contenant seulement 200 mg).

Par ailleurs, le traitement doit être suivi pendant une période minimum de huit jours et peut durer plusieurs semaines, jusqu’à la normalisation des transaminases.

– Pour prévenir les effets secondaires d’une chimiothérapie, le desmodium doit être consommé deux jours avant et au moins pendant dix jours après la séance.

Précautions d’emploi du desmodium

Même s’il n’est pas contre-indiqué, le desmodium doit être utilisé avec précaution durant la grossesse et l’allaitement.

DES BIENFAITS RECONNUS

Des résultats ont été obtenus dans le traitement alternatif des hépatites virales, grâce à l’utilisation du desmodium : disparition en huit jours de l’ictère, des nausées et des maux de tête, de l’inappétence et de la fatigue, puis normalisation des transaminases, en dix à trente jours.

Dans la prévention des atteintes toxiques du foie dues, par exemple, à l’alcoolisme ou aux intolérances médicamenteuses (neuroleptiques, antibiothérapie, trithérapie), l’efficacité de cures épisodiques de desmodium est désormais avérée.

Les patients sous chimiothérapie, ayant consommé du desmodium avant et après leurs séances, ont constaté une diminution (voire une suppression) des nausées et des vomissements et ont pu, ainsi, conserver un état général satisfaisant et être mieux armés dans leur lutte contre le cancer. Son utilisation ne dispense pas de l’avis du médecin, notamment en cas d’hépatite ou de suspicion d’hépatite.