Posted on

Les incroyables bienfaits du Gombo

Si ce légume originaire d’Afrique nous est encore peu familier, il s’agit pourtant d’un allié santé à ne pas négliger. Véritable concentré en vitamines, minéraux et nutriments, le gombo fait des miracles.

C’est un légume qui se fait encore rare sur nos étalages, même les plus exotiques. Le gombo – également appelé okra – est un légume à la texture collante utilisé traditionnellement en Afrique comme liant dans les soupes. Mais c’est surtout un aliment aux vertus nutritionnelles exceptionnelles.

Une assiette de gombo cru ne dépasse pas les 30 calories, apporte 3 grammes de fibres alimentaires, 2 grammes de protéines, 57 milligrammes de magnésium, 21 milligrammes de vitamine C et contient seulement 10 milligrammes de graisses. Toutes ces propriétés font du gombo un champion en matière d’équilibre alimentaire, qu’il soit consommé cru, frit, bouilli ou en ragoût.

Une assiette de gombo cru ne dépasse pas les 30 calories, apporte 3 grammes de fibres alimentaires, 2 grammes de protéines, 57 milligrammes de magnésium, 21 milligrammes de vitamine C et contient seulement 10 milligrammes de graisses. Toutes ces propriétés font du gombo un champion en matière d’équilibre alimentaire, qu’il soit consommé cru, frit, bouilli ou en ragoût.

Il réduit l’asthme

Le gombo fait partie des légumes les plus riches en vitamine C. Or, selon une étude publiée en 2000 par la revue médicale américaine Thorax, la vitamine C est très efficace pour lutter contre les symptômes asthmatiformes, en particulier chez les enfants. Les chercheurs ont même obtenu des résultats sur de jeunes patients asthmatiques qui ne consommaient des fruits et légumes riches en vitamine C qu’une à deux fois par semaine.

Il diminue le cholestérol

Non seulement le gombo est excellent pour le transit, mais c’est aussi un très bon régulateur de cholestérol, en partie grâce à sa forte teneur en fibres. En outre, il ne contient aucun cholestérol et très peu de graisses. A raison d’une consommation d’environ 20g de gombo par jour pendant quelques semaines, on constate une baisse significative du « mauvais » cholestérol.

Il contrôle le diabète

Dans une étude publiée en 2011 par la revue américaine ISRN Pharmaceutics, des chercheurs ont administré de l’eau à des rats dans laquelle on avait fait tremper des lamelles de gombo. Résultat : les animaux traités ont vu leur taux de sucres dans le sang significativement réduit. Depuis, le gombo est de plus en plus plébiscité par les nutritionnistes en faveur des personnes diabétiques.

Il booste le système immunitaire

La vitamine C contenue dans le gombo stimule le système immunitaire en favorisant la création de globules blancs dans l’organisme. Ce légume tout-terrain agit également comme anti-rides ! Ses antioxydants combattent l’excès de radicaux libres responsable du vieillissement tissulaire.

Il prévient les maladies rénales

Consommer régulièrement du gombo aiderait à préserver la bonne santé de nos reins. En 2005, le Jilin Medical Journal a publié une étude dans laquelle les chercheurs ont démontré que les patients qui mangeaient quotidiennement du gombo développaient deux fois moins de maladies liées aux reins, notamment chez les personnes diabétiques.

Il contribue à une grossesse saine

Le taux élevé de vitamine A, B (B1, B2, B6) et C, ainsi que le zinc et le calcium contenus dans le gombo font de lui le légume idéal à consommer pendant la grossesse. Il contient aussi de l’acide folique, élément indispensable lorsque, pendant la grossesse, les cellules se développent et se multiplient très rapidement.

Il soigne la fièvre

Pour soigner la fièvre grâce au gombo, deux solutions : boire une tisane préparée avec les graines sèches du gombo ou bien faire bouillir des graines de gombo en poudre. Cette dernière solution convient davantage aux enfants, à qui l’on peut administrer une à trois cuillères à soupe selon l’intensité de la fièvre.

Okra from the garden
Posted on

L’Hibiscus

L‘hibiscus est un antiseptique urinaire et un diurétique. Les fleurs remédient aux douleurs menstruelles.

La racine est utilisée pour calmer la toux et dégager les voies respiratoires. L’hibiscus est recommandé pour lutter contre l’ hypertension et le cholestérol.

Les fleurs séchées entrent dans la composition du karkadé, une boisson très populaire en Afrique, notamment en Egypte.

Propriétés médicinales de l’hibiscus

UTILISATION INTERNE

L’hibiscus permet de préparer une boisson rafraîchissante ; c’est également un laxatif doux. Il est antibactérien, anti-inflammatoire et antalgique. C’est un cholagogue, un diurétique et un relaxant des muscles utérins. Il est également hypotenseur, spasmolytique et hypocholestérolémiant.

UTILISATION EXTERNE

L’hibiscus est antiphlogistique et antioedémateux.

INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES USUELLES

L’hibiscus soigne les refroidissements et les inflammations des voies respiratoires supérieures. Il permet de traiter les infections urinaires et les douleurs menstruelles. Il agit contre l’hypertension, le cholestérol, la fièvre et les douleurs d’estomac.

AUTRES INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES DÉMONTRÉES

L’hibiscus permet de soigner les eczémas suintants, les allergies, les dermatoses. On l’utilise alors en cataplasme.

Infusion d’hibiscus, propriétés : 8 raisons d’avoir cette tisane chez soi

1-    Diminution de la tension artérielle

Plusieurs études suggèrent que l’infusion d’hibiscus réduit la tension artérielle très efficacement, même chez les personnes ayant des problèmes de santé qui augmentent leur risque d’hypertension artérielle.

2-    Maintien d’un bon niveau de cholestérol et de triglycérides

L’hibiscus peut aider les individus avec de la dyslipidémie à mieux équilibrer leur niveau de cholestérol et de triglycérides.

3-    Prévention du stress oxydant

L’infusion d’hibiscus est pleine d’antioxydants qui luttent contre le stress oxydant provoqué par les radicaux libres. Ceci est dû aux anthocyanes qui se trouvent dans la plante, les pigments naturels qui donnent à la fleur sa couleur rouge.

4-    Prévention de certains cancers

L’hibiscus est de plus en plus étudié en relation avec ses effets sur le cancer. Une étude en laboratoire a trouvé que l’extrait d’hibiscus pouvait tuer des cellules leucémiques. Les mécanismes à l’origine de cet effet ne sont pas encore connus, mais les résultats sont prometteurs.

Des résultats similaires ont été trouvé en relation avec le cancer de l’estomac.

5-    Réduction de l’obésité et des risques qui l’accompagnent

Les antioxydants de l’hibiscus protègent les cellules, mais d’autres composés de cette plante peuvent aussi encourager la perte de poids et minimiser les problèmes de santé liés au surpoids et à l’obésité. Il existe plusieurs études qui ont trouvé un lien entre l’infusion d’hibiscus et un métabolisme plus rapide.

Boire de l’infusion d’hibiscus au moins une fois par jour peut aider à lutter contre la résistance à l’insuline, un signe commun du pré-diabète. En effet, cette infusion peut aider à maintenir un bon taux de glycémie chez les individus diabétiques.

6-    Antidépresseur naturel

L’infusion d’hibiscus fait partie des remèdes naturels contre la dépression, en luttant contre certains signes de celle-ci tels que la fatigue, le désespoir, le manque de motivation, etc. Il s’agit d’un nouveau champ de recherche, mais des études ont prouvé que certains bio-flavonoïdes qui se trouvent dans la fleur d’hibiscus pourraient lui permettre de lutter contre la dépression.

7-    Remède contre l’infection staphylococcique

Les extraits d’hibiscus rosa sinensis, une des plantes parfois utilisée pour faire l’infusion d’hibiscus, a des capacités antibactériennes, notamment contre le staphylocoque doré.

8-    Prévention des calculs rénaux

Puisque l’infusion d’hibiscus est un diurétique, il est étudié en relation avec le système rénal et le système urinaire. Une étude a trouvé que cette infusion permettrait de réduire l’apparition de composés participant à la formation de calculs rénaux.

Posted on

Les bienfaits du moringa

Le moringa originaire d’Inde est un arbre très résistant originaire d’Inde, aujourd’hui cultivé dans de nombreux pays tropicaux d’Asie et d’Afrique.

S’il existe 13 espèces de moringa, c’est généralement le moringa oleifera qui est cultivé et consommé. 

Bienfaits nutritionnels du moringa

En médecine ayurvédique qui utilise le moringa depuis des siècles, l’entièreté de l’arbre est utilisée : racines, écorce, fruits et feuilles.

En nutrition, ce sont ces deux dernières parties qui sont consommées avec un avantage pour les feuilles.

Pour cause, il est extrêmement riche en minéraux (calcium, potassium, fer, magnésium), en vitamines A, C, E, en protéines de très bonne qualité (contenant les 9 acides aminés essentiels), antioxydants.

Le moringa contient tout ce dont on a besoin ce qui est assez rare pour une plante, à part de la vitamine B12.” A poids égal, les feuilles fraîches de moringa contiennent deux fois plus de protéines que les yaourts, 4 fois plus de vitamine A que les carottes, 3 fois plus de potassium que les bananes, 7 fois plus de vitamine C que les oranges, 4 fois plus de calcium que le lait.

Quoi d’autre ? Autant de magnésium que le chocolat noir ! Souvent comparé à la spiruline, le moringa contient moins de protéines que l’autre poudre “miraculeuse” (25 g tout de même pour 100 g), mais plus de calcium.

Avec un tel palmarès, le moringa convient particulièrement “aux personnes souffrant ostéoporose, aux enfants en croissance, aux intolérants au lactose. C’est également une très bonne source de protéines qui ont les mêmes valeurs nutritionnelles que la protéine animale ce qui est rare chez les plantes. Et de fer, ce qui en fait un aliment intéressant pour les végétariens et les vegans.” Riche en magnésium, “l’arbre de vie” est également l’allié des sportifs.

Pour faire le plein de macro et micronutriments, optez plutôt pour la version en poudre déshydratée “plus concentrée que les feuilles fraîches”, avec une différence pour la vitamine C qui “ne résiste pas bien aux conditions de séchage. On passe de 500 mg de vitamine C dans la feuille fraîche à quelque chose comme 20 g dans la poudre de feuille”.

Les vertus santé du moringa

Ce puissant cocktail très bien équilibré fait du moringa un superaliment dont les bénéfices pour la santé sont documentés. Une récente étude de 2018, revient sur les effets bénéfiques de feuilles de moringa contre les rhumes, la fièvre, les diarrhées, les douleurs, certaines pathologies cutanées. Son action antioxydante, anti-inflammatoire, antivirale a également été démontrée.

D’après l’étude Moringa Genus : A Review of Phytochemistry and Pharmacology, les feuilles de moringa pourraient également inhiber la prolifération des cellules cancéreuses.

Une étude parue dans l’International Journal of Molecular Sciences en 2015 fait référence au moringa pour booster le système immunitaire et traiter les symptômes liés au VIH.

Posted on

L’Artemisia Annua, une plante étonnante et puissante

Connue depuis plus de 2 000 ans, en Chine, pour ses effets contre le paludisme, l’absinthe chinoise est encore utilisée aujourd’hui pour bien d’autres vertus médicinales.

Les bienfaits et propriétés de l’armoise annuelle

L’armoise annuelle fait partie des plantes médicinales les plus conseillées dans le traitement des troubles digestifs : digestion difficile, coliques, diarrhées chroniques, flatulences… Les propriétés digestives de l’armoise sont dues à sa teneur en principes actifs amers qui stimulent la sécrétion de sucs digestifs, chargés d’aider à la digestion en dégradant les aliments.

Cette action favorise dans le même temps l’appétit (plante apéritive). En raison de ses propriétés carminatives, elle est aussi efficace pour faciliter l’évacuation des gaz intestinaux et de l’estomac. Elle réduit les symptômes des insolations et les maux de tête. Diminue notablement les saignements de nez.

Utilisées en cataplasmes, les feuilles d’absinthe chinoise sont indiquées contre la migraine et contre la fièvre.

AUTRES INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES DÉMONTRÉES

Cette plante est employée pour faire disparaître les vers parasitaires présents dans les intestins, en inhibant leur reproduction.

Enfin, l’armoise annuelle était surnommée l’« herbe aux vers » car elle constitue un puissant vermifuge en éliminant les vers intestinaux. Cette herbe médicinale est en effet capable d’éliminer un grande variété de parasites intestinaux en fragilisant les membranes de ces organismes.

Mais à quoi sont dues toutes ses propriétés ?

L’armoise annuelle est en grande partie composée d’huiles essentielles (dont de l’azulène, anti-inflammatoire et cicatrisant), de vitamine C, de flavonoïdes et de tanins. On y retrouve également de l’artémisinine , la substance active médicamenteuse isolée de la plante et qui fait l’objet d’une utilisation courante en médecine traditionnelle chinoise.

En 2015, une importante avancée dans le traitement du paludisme et de la malaria a eu lieu. Tu Youyou, une chercheuse en pharmacie chinoise, a alors reçu le Prix Nobel de médecine après avoir mis au point un traitement particulièrement efficace contre le paludisme, à base d’armoise annuelle.

En réussissant à isoler l’ingrédient actif de l’armoise, l’artémisinine, Tu Youyou a mis à jour « le plus grand espoir mondial contre le paludisme » selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et l’un des traitements actuels les plus efficaces contre le paludisme .

Elle s’est notamment appuyée sur des recettes issues de la médecine traditionnelle chinoise (168 av. J.-C) dans laquelle les feuilles et les branches de la plante étaient trempées dans de l’eau pendant une nuit puis bues en tant que traitement contre le paludisme. L’action de l’artémisinine est double : elle bloque l’enzyme qui permet au parasite de se développer et détruit les membranes du parasite .

D’autres études, menées par l’Université de Washington, mettent en évidence l’action puissante de l’armoise annuelle contre un grand nombre de cancers, notamment celui du sein, de la prostate  ou des cellules de la moelle osseuse (leucémie). Les substances de l’armoise semblent extrêmement sélectives car elles ciblent directement les cellules cancéreuses sans endommager les cellules saines de l’organisme contrairement à la chimiothérapie.