Posted on

Buchu : Vertus médicinales et utilisations de la plante

Le buchu fut traditionnellement employé par les peuplades indigènes d’Afrique du Sud comme stimulant, diurétique et, surtout, désinfectant urinaire. Il était considéré comme un remède de référence pour soigner les maladies vénériennes et les problèmes urinaires.

 Au XVIIe siècle, les colonisateurs hollandais de la région du Cap importèrent le buchu en Europe afin de le commercialiser comme médicament contre les calculs rénaux, l’arthrite, les douleurs musculaires et les infections urinaires.

Le buchu est un petit arbuste, buissonnant et odorant, de quelques mètres de haut. Son odeur, forte et caractéristique, tient à la fois du romarin et de la menthe poivrée.

Le buchu est originaire d’Afrique du Sud, plus précisément des régions montagneuses proches du Cap.

Quelles sont les bienfaits de buchu?

Les feuilles du buchu, cueillies en été et préparées en infusion, sont employées dans la médecine traditionnelle des Hottentots de Namibie, afin de soulager les symptômes liés aux ballonnements abdominaux.

Cet usage assez courant dans le continent africain est très probablement associé aux vertus stimulantes et carminatives supposées de la plante du buchu.

Dans la phytothérapie occidentale, le buchu, introduit en Grande-Bretagne à la fin du XVIIIe siècle, plus précisément en 1790, est principalement vanté pour ses propriétés désinfectantes urinaires.

Il est, d’ailleurs, reconnu comme médicament en 1821 en cas de troubles bénins comme la cystite et l’urétrite.

Globalement, le buchu est employé actuellement pour les mêmes raisons qu’auparavant. Ses feuilles, riches en huiles essentielles, sont reconnues pour leurs activités diurétiques et antiseptiques.

Elles sont utilisées pour lutter contre les inflammations et les infections urinaires telles que la cystite, l’urétrite et les irritations de la vessie.

Le pouvoir antiseptique des feuilles de buchu, dû à leur composition en diosphénol, peut être efficace en cas de bronchite chronique..

Comment employer le buchu?

Parties utilisées:

Feuilles. Elles sont récoltées au printemps (mars et avril) et durant l’été.

Formes d’usage:

InfusionsTeintureExtrait sec (gélules) ou fluide. Le buchu compose également plusieurs médicaments fabriqués pour lutter contre les syndromes prémenstruels.

Huile essentielle: Elle est extraite des feuilles et utilisée en cuisine pour son pouvoir aromatisant. Elle se caractérise par ses saveurs fruitées rappelant celles du cassis. Elle est, en outre, employée dans l’industrie agro-alimentaire afin de renforcer le goût de ce dernier.

Usage interne en phytothérapie:

Infusion: Un sachet dose pour une tasse d’eau bouillante. Jusqu’à 3 tisanes par jour avant les repas.

Précautions d’emploi et contre indications

L’usage de buchu, en phytothérapie, à doses thérapeutiques ne présente aucun effet indésirable. Cependant, son emploi en aromathérapie peut présenter un risque, notamment une irritation de la muqueuse, dû à la toxicité du pulégone, composé actif de l’huile essentielle de buchu.

Les femmes enceintes sont priées, aussi, de s’abstenir de tout usage du buchu. Le pulégone, classé comme monoterpène, est mis en cause pour son effet abortif.

Il est, d’ailleurs, souvent recommandé afin de favoriser les règles. Certains auteurs interdisent, aussi, son emploi chez les femmes allaitantes.